Articles les plus consultés

jeudi 10 novembre 2016

Kazem El Saher La nouvelle star du moyen orient






Bonjour,

Une fois n’est pas coutume,
je voudrais vous parler d’un chanteur énormément
connu en Égypte qui déchaîne les foules du Caire ! !

Je veux parler de Kazem El saher.
كاظم الساهر

Kazem est un artiste irakien
qui enchante par sa voix de velours et
son grand talent musical.
Il a conquis le monde arabe par ses chansons
remarquables de beauté.
Ses chants sont poétiques et
marquent un grand humanisme
doté d’un immense patriotisme.

Kazem n’est pas seulement un artiste remarquable
mais aussi un merveilleux compositeur qui a fait marquer
un tournant dans la musique arabe par ses compositions uniques.

Il a su donner un renouveau à la musique contemporaine
tout en lui préservant
son caractère oriental et ainsi son authenticité.


Son incomparable sourire et sa distinction naturelle
lui ont conféré
une popularité sans limite
dans les pays du Moyen-Orient.


Personnellement,
je lui trouve une petite ressemblance avec Francis Huster
doublé d’un Gérard Philippe ! ! !
Je le qualifierai de chanteur de charme à la voix de velours ! ! !

Il est né le 12 septembre 1961 dans une ville
du nord de l’Iraq appelé Al Mousel.
Il est le huitième enfant d’une famille modeste.
Vers 11 ans, on lui offre sa première Oud
( sorte de guitare très prisée au Moyen-Orient)
Kazem commença à composer mélodies et chansons. ;
sa première œuvre s’appelle « laki antee » ( Pour toi)

Kazem avoue humblement avoir dès 13 ans
écrit des textes pour sa dulcinée
il lui imaginait des histoires fantastiques
et elle y croyait ! ! ! !

Depuis cette époque, il n’a jamais cessé de composer.
Prenant conscience de son aptitude et de son talent,
il commença à se perfectionner
en récitant des versets du Coran
aussi bien qu’en répétant des chansons d’auteurs connus comme :
Mohammad Abdelwahab,
Mohammad Al-Gubbanchi,
Nazem Al-Ghazali,
Abdelhaleem Hafez, Fareed Al Atrash,
et Fairouz.

A l’age de 19 ans (1980),
il commença à enseigner la musique dans diverses associations.
Il se maria également à la même époque.

En 1982, il entra au prestigieux institut de musique de Bagdad
où il étudia au coté du fameux joueur d’oud : Munir Basheer.

A sa sortie, six années plus tard,
on lui conféra le nom de Kazem El Saher.

En 1987, il compose « Ladghat el hayya »
qui rapporte la renommée de son pays
et de ceux de la région de Golf.
En 1990, il émigre au Liban où sa popularité ne fait que croître.
Il part ensuite pour le Canada et demeure depuis 1995 au Caire .



Il est remarqué par un producteur égyptien
qui lui propose un show télévisé :
le succès est foudroyant et
Kazem devint immédiatement
l’idole des jeunes et des moins jeunes.

Pendant la période de l’embargo irakien,
il chantait ne chanson intitulée « Bagdad »
qui faisait pleurer des salles entières ! ! !

N’oubliez jamais dans les chansons arabes,
l’importance du texte ;
Kazem a su allier des paroles intéressantes
sur des mélodies remarquables.

A cet effet, je me permets de vous donner ci
après la traduction de quelques vers de
« El Hob El Mostaheel » :
( Impossible amour) )

« Je t’aime tant
et je sais que le chemin de l’impossible est long
Mais je sais aussi que tu es la reine des femmes
La reine des femmes et personne ne pourra prendre ta place.
Je sais aussi que le temps de l’amour est fini et
que la magie des mots est morte.
Aussi, à aucune autre femme, je ne pourrais dire :
Je t’aime tant, je t’aime tant.
Je t’aime tant et
je sais que tu vis seule et moi aussi je suis seul.
Et entre toi et moi, il y a du vent, des nuages,
des éclairs, du tonnerre, de la glace et du feu.
Et je sais que te regarder serait une illusion.
Et je sais que te voir serait un suicide.
Mais cela me ferait tant plaisir, tant plaisir"


Je vous rappelle aussi que les plus beaux poèmes d’amour
ont été écrits en langue arabe.

Voila, vous comprenez ainsi pourquoi Kazem
est devenu une légende vivante
de la musique arabe permettant
à toute une jeunesse de se retrouver.

Son physique de rêve, sa voix de velours et
sa distinction naturelle sont des atouts
importants dans sa carrière
qui a permis à la musique arabe
de connaître un renouveau incontestable.

Kazem allie le romantisme
avec la musique occidentale classique
et la musique folklorique arabe.

Il enchaîne les shows ( Londres, Paris etc…)
et vient de se produire au Liban au festival de Beiteddine
en duo avec Sarah Brightman.

On peut dire que Kazem a remis à l’honneur
la prestigieuse poésie de Bagdad,
celle qui a enfanté les musiques arabes les plus raffinées
ainsi que de nombreux poèmes lyriques
dont ceux de Nizar Kabbani,
Il a également chanté la paix
avec l'Américain Lenny Kravitz

Je dois avouer ne pas comprendre
toutes les paroles de ses chansons
mais je peux vous assurer être particulièrement sensible
aux mélodies et adorer regarder ses shows télévisuels.

Sur scène, il fait preuve d’un professionnalisme sans pareil :
son sourire et son coté rêveur et timide déplacent des foules.

Ma chanson préférée est « Zidini » que j’ai d’ailleurs
copiée en MP3 et
portée en sonnerie sur mon téléphone portable ! ! ! !

Je ne peux que vous encourager
à écouter quelques chansons
de cet interprète et
vous invite à consulter certains sites français
comme alapage.com ou arabes tel ;
Romanysaad.com( versions anglaises )
où vous pourrez vous faire une idée
sur la nouvelle star du Moyen-orient.


Une de ses plus belles chansons ( à mon goût)
est Baghdad que je vous encourage à écouter et voir sur le lien suivant.

https://www.youtube.com/watch?v=bdirLXxCjiI

Merci de vos lectures et de vos commentaires,



Olympia 18/10/2013



Sur Facebook, plus de 7 millions d'abonnés ! ! 








mardi 1 novembre 2016

Champagne Mercier




Bonjour,

Aujourd’hui, mon propos vous fera découvrir, 
s’il en est besoin, le vignoble champenois et notamment,
 la maison Mercier dont mon père fut, à ma naissance ; il y a donc bien longtemps,
 l’un des directeurs.

Je ne vais pas vous décrire en long et en large cette célèbre marque de champagne 
que vous pouvez consulter sur le site : champagnemercier.fr,
 mais je voudrais surtout axer cet avis sur un point bien précis 
de l’histoire de la maison Mercier.

J'avais chez moi, en France, une lanterne en fer forgé que j’ai toujours connue
 et que mes parents ont toujours gardé malgré leurs nombreux séjours à l’étranger
 (Algérie, Allemagne ou France).
J’ai toujours entendu dire que cette lanterne avait fait l’exposition universelle de 1900
 sur le char Mercier et aussi me suis-je documentée sur ce point précis
 et je voudrais vous faire partager ce point d’histoire champenoise 
qui me touche de très près.

Dès le moyen age, Don Pérignon inventa ce qu’il est convenu 
d’appeler la méthode champenoise et ce n’est qu’au 17em siècle 
que le nom de Champagne fut donné à ce délicieux breuvage.
En 1858, Eugène Mercier fonda sa propre maison et
 désira faire connaître sa production en misant sur un événement mondial
 qui devait avoir lieu à Paris : l’exposition universelle de 1889.

Pour ce faire, il eut l’idée géniale de construire un immense foudre
 qui pouvait contenir 200 000 bouteilles de brut.
Sa construction dura 11 années et nécessita l’emploi de 150 chênes.
Ce gigantesque fût qui pesait 20 tonnes devait être emmené d’Epernay à Paris.
Il lui fallut construire aussi quatre grandes roues pour le supporter
 et le faire tirer par 12 paires de bœufs.



Ce périple dura 8 jours au cours desquels il traversa des villes et villages en liesse 
à la vue de cet immense foudre, symbole de la pugnacité d’un seul homme Eugène Mercier.
L’histoire veut que des ponts soient renforcés afin de permettre le passage
 d’un tel convoi et que des maisons durent être abattues ……..
Eugène Mercier arriva à Paris et remporta le deuxième prix de l’exposition.

Et , me direz vous,quel rapport avec ma fameuse lanterne ?
Celle que je possède aurait donc servie à éclairer ce foudre et 
devait être fixée sur un des 24 bœufs qui le tirait.

Quelle fierté de détenir un morceau de cette belle page d’histoire !!!

Ce foudre est toujours visible à Epernay au centre du salon d’accueil 
des caves de la maison Mercier et est devenu une des curiosités de la visite ;



Pour votre information : il me fut impossible d'emmener
 cette lanterne avec moi, et je compte la céder à la maison Mercier 
mais j'ai gardé une bouteille de champagne en cristal 
qui avait été faite spécialement pour le tsar Nicolas II.

Photo de cette bouteille qui me sert .....de vase ! ! 




Merci de vos lectures et à très bientôt.






Coupes de champagne



Bonjour,

"Le Champagne ne se boit pas, il se déguste.
Il ne faut pas l'avaler goulûment.
On doit le déguster avec mesure dans des verres étroits,
à gorgées espacées et réfléchies".
COLETTE



 Bonjour,

Comme vous le savez, je suis rémoise d'adoption d'accord,
mais vraiment rémoise coeur ! ! 
Aussi, j'aimerais aujourd'hui attirer votre attention,
non pas sur le champagne
mais sur le contenant
c'est à dire le verre dans lequel nous buvons
ce précieux breuvage ! ! !

Vous avez tous constaté combien la coupe
se prêtait peu à la dégustation du Champagne.
Pourtant, on a coutume de dire : ´je vous sers une coupe ?´
et très rarement ´je vous sers une flûte ?´
La légende dit que la première coupe
a été moulée sur le sein de la Pompadour.
Dans ce cas-là, la coupe a de beaux jours devant elle !



La coupe à champagne apparue vers 1830
est délaissée aujourd'hui, car sa forme évasée
conserve mal l'arôme et les bulles,
et le champagne s'y évente rapidement.
La mousse s'y forme mal et ne tient pas,
le bouquet se disperse.

Les plus utilisés aujourd'hui sont les verres coniques
ou les flûtes.
On ne les remplit qu'au deux tiers.

Pour apprécier toute la finesse d'un Champagne,
il faut lui donner le verre qu'il mérite.

Son volume et sa hauteur doivent être suffisants
pour laisser aux bulles la place d'évoluer
et de monter à la surface et permettre
à la température de rester aussi constante que possible.

La forme idéale est celle d'une tulipe,
la coupe est à éviter à cause de ses bords évasés
qui font s'envoler les arômes trop rapidement.

La finesse du verre a également un rôle,
en particulier au niveau des lèvres,
car elle favorise les sensations gustatives.

Petit conseil personnel : comment lavez les flûtes ?

Rincez les verres à l'eau chaude et sans produit,
laissez-les sécher par égouttage,
puis stockez-les debout, à l'abri de la poussière.
Très souvent les résidus des produits de lavage et de rinçage
" éteignent" la mousse du Champagne.


Quant à moi, j’ai ramené de Reims
mes flûtes type Epernay en cristal taillé.
Elles sont la réplique d’un modèle ancien avec la particularité
d’avoir les bulles qui partent du pied ! ! !





Sabler ou sabrer le champagne?

Autrefois on sablait le champagne en le mettant
dans du sable mouillé pour le garder frais.
Aujourd'hui l'expression «sabler le champagne»
est synonyme
de déguster le champagne.

Sabrer le champagne signifie ouvrir la bouteille.
Cette expression fait référence
aux fastes orientaux alors qu'on utilisait un sabre
pour faire sauter le goulot de la bouteille d'un coup sec.



J'espère que ces quelques lignes
vous auront apportées de petits conseils
et en bonne rémoise, je vous confirme
qu'il ne suffit pas d'avoir un bon champagne,
encore faut-il le déguster dans un beau verre ! ! !

Le plaisir est ainsi complet  ! ! ! !



Merci de vos lectures et commentaires.





vendredi 28 octobre 2016

Egypte, orage sur Hurghada du 27 octobre 2016




Bonjour,

Comme chaque année, nous avons eu droit hier à notre orage ! 

Tout a commencé dans la nuit par des éclairs et
de grands coups de tonnerre ! 




Ensuite vers 11H du matin la pluie fit son apparition !
La pluie, plutôt la grêle ! ! ! 




Ce fut un vrai déluge et nous qui ne sommes pas du tout habitués à cela
furent vraiment impressionnés ! !

Dans l'après midi, le temps se calma.




Certains prirent la chose avec philosophie ! !


L'aéroport fut fermé car les pistes étaient inondées ! !


La seule route reliant Le Caire à la mer rouge fut fermée.



Et ce matin, 28 octobre nous ne pûmes que constater les dégâts ! 





Mais les plus gros dégâts eurent lieu à Raz Gharib
C'est un vrai désastre et on recensa de nombreuses victimes.







Merci de vos passages et vos lectures,










Egypte, Felfela d'Hurghada



Bonjour,

Sur la corniche se trouve un restaurant où j'adorais aller.
Je dis bien "adorais" car il est fermé
depuis de nombreuses années 
pour un problème de succession.

Nonobstant la vue merveilleuse sur la mer rouge,
on trouvait à l'intérieur
de magnifiques meubles.





Merci de vos passages et lectures,




Egypte, chaufferette ! !



Bonjour,

Aujourd'hui j'aimerais vous montrer les chaufferettes
utilisées en Egypte 




Ce mode de "chauffage" remonte à la nuit des temps
et les anciens égyptiens l'utilaient beaucoup ! !

"La maîtrise de la poterie fut un pas important
dans l'évolution de la civilisation néolithique.

C'est aux alentours de 6000 ans avant Jésus-Christ
que l'on retrouve les premières traces
de l'existance de la poterie.
Mais on sait que depuis près de 10.000 ans,
les hommes exploitent la terre et bâtissent des villes.

La terre a été et demeure,
à travers les traditions historiques et populaires
un des principaux matériaux.

Dès l'Antiquité on en fait un usage très abondant
en Mésopotamie et
dans l'Egypte des Pharaons,
en Afrique et au Moyen-Orient
les civilisations romaines puis musulmanes,
en Asie celles de l'Indus
comme celles des Moines Bouddhistes,
ou des empereurs de Chine,
en Amérique du Nord les indiens,
au Mexique les Aztèques ou
dans les Andes les Mochicas,
en Europe au Moyen-Age, etc. ."

Source:Carrelages Fauvel





Un brasero est un appareil de chauffage en plein air.
De nombreux types de braseros existent ;
cependant, à l'origine, un brasero est composé
d'un récipient (en terre cuite ou en cuivre de préférence)
rempli de braises (d'où son nom, emprunté à l'espagnol).
Le brasero est en général monté sur pieds.

Source: Wikipedia

Merci de vos passages et lectures,




Egypte: un vrai beau visage




Bonjour,

Un vrai beau visage égyptien ! 


Visage buriné par le soleil et les années ! !



Merci de vos passages et vos lectures






jeudi 4 août 2016

Egypte, Louxor, Medinet Habou ou le temple des ''millions d'années'' de Ramsès III





Les murs me parlent ! ! ( article écrit en 2007 )

Je reviens d'une semaine passée à Louxor
durant laquelle j'ai eu la chance
de pouvoir visiter un endroit que je ne connaissais pas encore:
je veux parler du temple de Medinet Habou




*´¨ ) ¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨) (¸.•´ (¸.•´ .•´ : (´¸.•*´¯`*•-->

Situation,
Tout d'abord; il vous faudra vous rendre
sur la rive ouest du Nil appelée aussi le domaine de l'éternité
et une fois arrivé aux Colosses d'Aménophis III,
vous devrez tourner sur votre gauche afin de découvrir
le magnifique site de Medinet Habou.


Celui-ci tire son nom d'une petite ville d'époque chrétienne
comme retrouvé mentionné dans des écrits coptes.
Il faut d'ores et déjà vous préciser que ce site s'étend
sur une surface de 7000m2 en faisant ainsi l'ensemble de ruines
le plus considérable après celui de Karnak.

.*´¨ ) ¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨) (¸.•´ (¸.•´ .•´ : (´¸.•*´¯`*•-->

Le site,
Je dois vous dire que ce temple fut à son origine
construit par Hatshepsout et Thoutmosis III
puis subit nombre de modifications et
d'agrandissements pendant 1500 ans.

Il fut dédié à Ramsès III sous la 19 ème dynastie
(nouvel empire soit vers 1550-1070 av, J,C. )
qui le nomma le temple des ''millions d'années''.

Il s'étend sur plus de 7 000 m2
et devint très rapidement ''le Temple'' de la rive ouest.
Son emplacement ne pouvait que lui porter chance
étant donné qu'il se trouve sur la butte de Djémé
où étaient enterrés les huit dieux primordiaux
auxquels l'Amon de Karnak venait rendre visite une fois l'an.

Tout cela pour vous dire que ce temple ne pouvait
qu'avoir une destinée fabuleuse.

*´¨ ) ¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨) (¸.•´ (¸.•´ .•´ : (´¸.•*´¯`*•-->

Le temple et ses transformations au fil du temps
Après le règne de Ramsès III,cet endroit
devint le centre administratif de Thèbes Ouest ( 20 em dynastie ) .
Puis, plus tard, il servit de refuge
pour les ouvriers de Deir el- Medineh
et les paysans attaqués par les pillards à la 21ème dynastie.

Beaucoup plus tard, soit entre environ 1070 à 341 av.J.C.
, dans la période que l'on pourrait nommer :
le déclin de l'Empire pharaonique,
on y enterre les ''divines adoratrices'' ou
épouses mystiques du dieu Amon.
Puis vint l'époque chrétienne pendant laquelle
la seconde cour fut transformée en église et
où des maisons d'habitation s'élevèrent dans l'enceinte du temple.

Par la suite, cet endroit fut abandonné et
se trouva ensablé. En 1858, il fut visité par A.Mariette
et est à ce jour restauré par l'institut de Chicago
dont je vous parlerai un peu plus loin,

.*´¨ ) ¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨) (¸.•´ (¸.•´ .•´ : (´¸.•*´¯`*•-->

La visite en général
Elle s'effectue obligatoirement dans un axe est-ouest.
Une fois arrivé sur le site,
vous serez surpris de voir
qu'un gigantesque mur d'enceinte en fait le tour.
Vous découvrirez tout d'abord le pavillon royal
 qui est en fait une entrée monumentale
constitué d'une tour à étage surmontée d'un pavillon crénelé .
Cet endroit constituait les appartements du roi
et il n'est pas exclu que Ramsès III y fut assassiné.
Selon un papyrus retrouvé,
Ramsès III aurait employé 62 626 personnes
à son service dans ce temple:
ceux-ci étaient constitués en majorité de prisonniers de guerre.
Cette petite précision vous donne ainsi
une idée de la grandeur de cet endroit.
Ensuite se trouve une magnifique esplanade
qui est bordée d'édifices d'époques différentes.
A droite, donc au nord, nous trouvons
un petit temple de la 18 ème dynastie
édifié par Hatshepsout et modifié par Touthmôsis III,
mais cet endroit fera l'objet d'une description
plus détaillée de ma part plus loin dans cet avis.

Je m'étendrai également plus longuement
sur les chapelles funéraires des divines adoratrices
que nous trouvons sur la gauche de cette esplanade.
Pour accéder à la première cour,
il vous faudra passer sous le premier pylône
qui décrit des scènes de guerre:
pharaon vainquant ses ennemis en les tenant par les cheveux.
Il est à remarquer que ces derniers
ne portent pas de sandales, symbolisant ainsi leur soumission.
Cette cour comporte aussi de nombreuses scènes de guerre
notamment contre les libyens -
scène intensifiée par un relief en creux très profond
jouant ainsi avec les ombres et les lumières.




Nous y remarquerons de belles sculptures
dans la pierre représentant des peuples lointains
sous forme de captifs noirs et asiatiques.




On peut aussi y admirer de nombreuses représentations
de Ramsès III sur son char accompagné de son lion familier.

C'est dans cette cour que se trouve la ''fenêtre d'apparition''.

Il s'agit d'une ouverture se situant dans le mur de gauche
qui servait de façade au palais royal et
d'où le roi apparaissait à la foule lors des fêtes religieuses.
Après avoir traversé un autre pylône,
se trouve alors la seconde cour ou cour des fêtes
bordée à l'entrée et au fond
par de magnifiques portiques à colonnes à chapiteaux.
Sur les murs, toujours ornés de scènes militaires,
nous découvrons le recensement des vaincus
en comptant les tas de mains coupées et de phallus
ainsi que le roi ramenant les captifs en laisse.
Je ne pourrais vous décrire toutes les admirables scènes
découvertes lors de cette visite
mais je me souviens tout particulièrement
de celle de la chasse aux taureaux sauvages
dans les marais située dans la première cour
au revers du premier pylône.

Nous trouvons ensuite une première salle hypostyle
comportant des colonnes et des ruines de salles latérales.

Suivaient une seconde salle hypostyle,
des salles annexes et
trois sanctuaires dédiés à la triade thébaine
(Principales divinités de Thèbes soit Amon
, son épouse Mout et leur enfant Khonsou ).

Reste encore, la salle du trône
comme vous pourrez constater sur la photo
prise à la tombée du jour faisant ressortir
tout le caractère mystérieux de cet endroit.




Vous pouvez alors ressortir du temple
et vous rendre dans ce que l'on appelle les magasins:
ceux-ci sont situés de part et d'autre des deux cours.
On y accède en se dirigeant sur la gauche
ou la droite du premier pylône.

De cet endroit vous pourrez admirer la vallée des reines
et constater que des maisons genre troglodytes
ont été percées à même les contre forts du mur d'enceinte.
Vous y découvrirez également les murs d'enceinte et
vous émerveillerez sur les scènes y figurant.

.*´¨ ) ¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨) (¸.•´ (¸.•´ .•´ : (´¸.•*´¯`*•-->

Ma visite en particulier
Pourquoi ce titre, me direz vous?
La réponse est simple.
Nous nous sommes rendues sur ce site avec une amie
qui connaissait un archéologue de l'institut Chicago,
François G pour ne pas le nommer
avec qui nous avons effectué une grande partie de la visite.

Moment de bonheur extrême car
découvrir un tel endroit avec un spécialiste
est une denrée rare qu'il faut savoir apprécier.
Au début de cet article,
je vous ai dit que cet ensemble avait débuté
par la construction sous la 18 ème dynastie
d'un petit temple dédié à la reine Hatshepsout
( qui serait née vers 1495 av. JC. en l'an 12 du règne d'Aménhotep 1er.
A sa naissance; sa mère se serait écrié: '' Hat-Shépésout''
ce qui veut dire : elle est à la tête des nobles dames:
d'où l'origine de ce nom suivant la légende…… )
A la mort de celle-ci, son successeur Touthmôsis III
s'efforça de faire disparaître son souvenir
en martelant ses représentations et notamment
celles la montrant revêtue du costume de pharaon.
Il garda néanmoins celles la montrant
en tant que simple épouse de Thoutmosis II.

Donc, ce petit temple situé à droite dans l'esplanade,
est actuellement en cours de restauration
par l'Institut Chicago qui, depuis 1924 s'occupe
de cet endroit magique s'il en existe ! ! ! !

Maintenant, j'aimerais vous parler de notre guide d'un jour,
François qui se trouve être spécialiste en écriture démotique.
Mais qu'est ce, me direz vous?
Lorsque l'on sait: cela est simple.
Vous connaissez certainement les hiéroglyphes
dont Champollion perça le secret.
Cette écriture utilise des silhouettes d'êtres ou éléments:
elle n'était utilisée que par les scribes et
nécessitait une grande expérience.
Aussi, les anciens égyptiens utilisèrent
une forme beaucoup plus abrégée et cursive:
l'écriture démotique qui devint l'écriture de tous les jours.




Nous eûmes ainsi le grand honneur de visiter
ce petit temple non encore ouvert au public
et qui ne le sera peut être jamais………

Voila, vous savez tout ou presque,
si ce n'est que ce fut un véritable plaisir
que d'effectuer la visite en sa compagnie.

Imaginez vous que tous les murs lui parlent:
ce n'est pas comme pour nous où
toute inscription est un véritable mystère ! ! ! !

Comme je voudrais posséder sa science:
je suis certaine que je passerais tout mon temps à découvrir
la magie de cette civilisation passée ! ! ! !

François nous expliqua quelques rudiments
des écritures anciennes et
attira notre attention sur une phrase
se trouvant à l'entrée des chapelles funéraires
des divines adoratrices.

En effet, il est précisé une phrase ''magique''
sorte d'appel aux vivants
qui est une formule gravée contenant
une requête adressée aux passants,
leur demandant de nourrir et de prendre soin des défunts.
''Vous qui aimez la vie etc etc''.

Ces chapelles possèdent encore une table des offrandes
conservée dans un état splendide et
sur laquelle vous pourrez remarquer l'emplacement des mains.




J'espère de tout cœur vous avoir donné envie
de visiter ce site peu prisé des touristes
car vous ne le regretterez certainement pas.

Cet avis donnera peut être envie
à ceux qui sont déjà venus au pays des pharaons
de revenir pour cette simple visite…………………..

Merci de vos lectures et commentaires;

L'esplanade centrale.

Pavillon.

Magasins

Scènes de chasse .


Le palais royal à la tombée du soir.




Merci de vos passages et à très bientôt ,